CE QUI EST ALLÉ D´AVANCE . . .

Bergen Belsen 1929,

Un fin tapis de neige légère recouvrait la région. Et bien qu'il était encore assez tôt, certaines maisons avaient déjà allumé leurs lampes.

Les parents des enfants de l'école du village assistaient à un spectacle de Noël joué par les classes supérieures. Maintenant, ils écoutaient la chorale qui chantait quelques hymnes pour finir la journée.
.
.
.

"Oh Paul, tu ne crois pas que ce serait bien qu'il devienne un fameux chanteur?" murmura Martha.

"C'est insensé!" dit sèchement le Dr Räder. "Le gamin deviendra médecin comme moi et comme son grand-père."

Malheureusement, la famille du Docteur Räder disparut dans un accident de voiture et le délicat enfant devint ainsi orphelin à l'âge de douze ans...

 

BELSEN 1929

Dans le village de BELSEN à ce moment-là Werner a regardé tendrement le bébé qu'il se tenait dans des ses bras.

Peu il a su que dans un délai de 15 ans son plus mauvais ennemi considérerait Axel d'une manière semblable...

 

CE QUI S'EST PRODUIT APRÈS . . .

La conspiration de Kehlstein 15 ans après . . .

De mardi matin 6 juin 1944, à trois heures cinquante un capitaine solitaire de la Luftwaffe était occupé à scruter l´horizon, du haut dún abri en béton sur la cöte Normade.

Le capitaine Werner von Brecht revenait juste d´Ankara et se trouvait officiellement en congé de maladie depuis la 25 mai.
.

Von Brecht scrutait l´horizon vide depuis trois heures cinquante, mais c´est précisément à quarte heures trente-trois, au moment où l aube de ce 6 juin commenpait à poindre, qu´il prit conscience du changement sensible apparu dans son champ visuel.
.

"Quarte mille bateaux ..." se chuchotait-il. "Ils les ont ... quarte mille bateaux, couverts par onze mille avions. Et trois millions de soldats alliés derrière eux. Le plus grande force amphibie jamais déployée, mettant le cap sur Utah, Omaha, Gold, Juno and Sword.
Exactement comme l´agent d´Ankara l´avait dit."
.
.
.

GARÇON MORT DANS L'IMAGE
"Ce n'était pas nécessaire," répondit Axel. "Vous auriez pu l'amener et nous l'aurions interrogé. Maintenant nous serons obligés de présenter un rapport à la police." C'était ce jeudi après-midi.

"Vous vous attendrissez trop," répliqua le plus jeune. "Il était dans la cave et il ne connaissait pas le mot de passe."

"Quand-même, c'était stupide de le tuer. Son père peut être un officier. Alors nous pourrions avoir des ennuis."

L'enfant mort gisant par terre paraissait avoir dix ans, mais la blancheur de son visage devait avoir intensifié sa jeunesse. La flaque de sang écarlate contrastait fortement avec la paleur de la mort.

"Vous l'avez touché en plein coeur," continua Axel. "Ce n'était pas nécessaire."
.
.
.

Berlin 1944 . . .

"Très bon rapport," dit Paul Räder à Axel von Brecht qui se trouvait en face de lui au Quartier Général de l'Albrechtstrasse. "Normalement, de telles matières aussi anodines n'aboutissent jamais à mon bureau ... Mais, bien évidemment, ce n'est pas pourquoi vous êtes devant moi . . ." C'était alors mercredi matin, le 6 Septembre 1944.
.

.

Un petit distance eloigné . . . un peut plus tard . . . (not far away a little later)

En passant le jeune Américain retourné. Maintenant qu'il s'étendait à côté de elle... Heiderund pourrait voir l'ombre contre le mur.

Elle y jeta un oeil, puis ferma les yeux.

"C'est trop grand ..." se plaignit-elle avec sa faible voix de jeune vierge de seize ans. "Je ne peux pas absorber cela ..."

"Bien sûr que tu le peux ..." le jeune mercennaire Americain lui murmura-t'il à l'oreille, "Pour quoi crois-tu que ce soit fait ?"